La charte d’éthique OunTravela

Dernière mise à jour : 12 janvier 2020

Cette charte est destinée aux partenaires (agences de location, guides locaux et tout autres services proposés sur ountravela.com) et aux lecteurs d’OunTravela.

Les partenaires d’OunTravela s’engagent à respecter notre charte d’éthique. Celle-ci est inscrite dans nos livres et nos contrats de partenariats. Nous encourageons aussi tous nos futurs lecteurs à appliquer ces règles lors de leurs prochains voyages.

En cas d’attitudes malveillantes et contraires à notre charte, l’équipe OunTravela prendra des mesures à l’encontre du partenaire et mettra fin au partenariat. 

L’objectif est de mettre en valeur des guides et agences locales, soucieux de leur responsabilité et celle du touriste envers l’environnement et les populations locales.

Les thèmes abordés sont :

  • La pollution plastique
  • L’usage de l’eau
  • La protection de la faune et de la flore
  • Les modes de consommation
  • Politesse et respect des coutumes
  • La maltraitance animale
  • Les cadeaux / pourboires
  • Le voyage motorisé

La pollution plastique

En Asie Centrale, il existe peu d’usines de traitement des déchets et souvent, tout est brûlé sur place. Pour limiter le fléau de la pollution plastique, voici nos recommandations :

  • Limiter l’utilisation de sacs en plastique.
  • Minimiser votre consommation de produits emballés. Achetez des produits frais sur les marchés ou directement dans les fermes.
  • Ramenez vos déchets incinérables à la prochaine ville. 
  • Si des déchets se trouvent sur votre chemin, prenez quelques minutes pour les ramasser, surtout si vous êtes motorisés, vous n’avez pas d’excuses
  • Ramenez dans votre pays les déchets dangereux comme les piles ou batteries.

 

L’usage de l’eau

Stoppez ou diminuez votre consommation d’eau en bouteille. Les bouteilles d’eau minérale sont parfois transportées par des camions traversant des routes dangereuses.

  • D’autres solutions existent comme les filtres ou les pastilles désinfectantes… Mais la solution la plus simple reste encore de faire bouillir son eau !
  • Utilisez l’eau de votre douche à l’hôtel avec parcimonie. N’oubliez pas qu’une grande partie des habitants n’a pas l’eau courante ; souvent, ils vont chercher l’eau à la rivière et cette eau est précieuse et rare. Les glaciers fondent à vue d’oeil et les nappes phréatiques sont rares et entamées. 
  • Utilisez autant que possible des toilettes sèches. Par exemple, Il n’y a pas de collecte des eaux usées au Ladakh et les villageois utilisent l’eau des rivières pour boire et cuisiner. 
  • En bivouac, ne faites pas vos besoins à proximité des rivières. 
  • Utilisez des produits biodégradables pour nettoyer votre vaisselle ou vos vêtements lorsque vous campez.

 

La protection de la faune et de la flore

L’habitat des animaux se déplace à mesure que le tourisme avance. 

  • N’approchez pas les animaux sauvages et ne les nourrissez pas.
  • Ne roulez pas en dehors des pistes déjà tracées. Vous risquez d’abimer les pâturages ou des écosystèmes fragiles.
  • Ne cachez pas vos détritus dans les buissons ou dans les terriers de marmotte.
  • Respecter les réglementations en vigueur dans les réserves ou parcs naturels (interdiction de camper, faire du feu, pécher, etc). 
  • Quand vous payez les taxes d’entrées (parc, zone réglementée), exiger le reçu (cela permet d’éviter le détournement de ces fonds).

 

Les modes de consommation

De manière générale, préférez les hébergements familiaux (maison d’hôte, chambre chez l’habitant…) plutôt que des hôtels et consommez local. 

De même, rémunérez des services venant des communautés locales (guides, cuisiniers, muletiers, porteurs, ménage…). C’est le meilleur moyen de les faire bénéficier directement de l’argent du tourisme.

Acheter des souvenirs fabriqués localement. Se renseigner sur la pratique et les limites du marchandage des prix. De même pour les pourboires laissés.

Le marchandage fait culturellement partie de la tradition commerciale de certains pays. S’y refuser est souvent mal interprété et peut contribuer à l’augmentation du coût de la vie. En revanche, il ne faut pas oublier que des sommes dérisoires pour le visiteur peuvent être d’une grande importance pour celui qui les reçoit.

 

Politesse et respect des coutumes

Il est important de s’informer sur les habitants et leur mode de vie, le patrimoine, la religion, l’environnement et l’économie. Nous vous encourageons à apprendre quelques mots dans la langue de la destination, cela rend les échanges plus intéressants et votre effort sera très apprécié. 

Ne prenez pas des habitants en photos sans leur demander au préalable leur accord. 

La maltraitance animale

Le trek à cheval est une activité phare en Asie centrale. De nombreux cas de maltraitance animal ont été constatés, notamment au Kirghizistan. Nous souhaitons mettre fin à ces abus de surexploitation animale. Avant de partir en trek cheval merci de vérifier que votre cheval a bien des sabots et n’a pas de blessure.

De manière générale, vérifier l’état de forme du cheval avant de partir. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à en parler au guide et demander à changer de cheval.

 

Les cadeaux et pourboires

Les dons et cadeaux ne sont pas des gestes innocents. Ils peuvent parfois prendre une connotation condescendante ou déplacée.

  • Les cadeaux, dons et pourboires trop importants, compte tenu du niveau de vie général du pays visité, déstabilisent les équilibres économiques locaux. 
  • Les enfants qui reçoivent de l’argent pour des photos ou parce qu’ils mendient ne sont plus scolarisés, gagnent plus d’argent que leur père : ceci peut créer d’importantes distorsions dans les structures familiales (non-respect du père et des anciens).
  • Certains dons peuvent s’avérer dangereux lorsqu’ils sont distribués au hasard, notamment les médicaments. Les hôpitaux et dispensaires, lorsqu’ils existent, sont souvent plus à même de les gérer. De la même façon, les bonbons et sucreries ont des conséquences longtemps après notre passage (caries dentaires).

 

Voyage motorisé

Si vous êtes motorisé, rien malheureusement ne pourra compenser les émissions de CO2 de votre véhicule. Nous vous donnons quelques idées pour optimiser  l’usage de votre véhicule :

  •  Voyager à plusieurs et optimiser vos places ! C’est tout simple mais votre impact sera divisé par le nombre de personne dans votre véhicule.
  • Ramassez vos déchets et ceux rencontrés sur votre chemin. Ca tombe bien, vous êtes plusieurs, alors ramassez les déchets sur un spot de bivouac ne vous prendra que 5 minutes !
  • Le moteur essence émet moins de particules fines et de polluants atmosphériques que le diesel.

OunTravela